Éditorial du Cerveau&Psycho n° 105 de décembre 2018 : « Objet de mon désir, un objet dont on fait ce que l'on veut. Un objet n'a pas de droits. Il n'a pas de volonté, pas de liberté, il ne souffre pas. Il est soumis à nos désirs. On le possède. On l'utilise pour son confort, pour sa commodité, pour son plaisir. Il ne dit pas non. S'il résiste, on le brise et on le remplace. Qui songerait, ayant lu cela, à considérer les femmes comme des objets ?... »

Excellente réflexion pour souhaiter une bonne année 2019 à toutes les femmes et une année de merde à la publicité sexiste.

J'en profite aussi pour plaindre l'abruti de service « je préfère le corps des femmes jeunes….yann moix », et féliciter la réaction de Camille Froidevaux-Metterie. Ce pauvre type ne doit jamais avoir eu dans ses bras une femme de 50 ans, si mature intellectuellement qu'elle s'active à conserver un corps de jeune fille de 25 ans. J'ai la chance de vous assurer que ces femmes là sont les plus belles mais aussi les plus difficiles à séduire (à plus de 50 ans, ma chérie est un mix physique de Rihanna 

Rihanna

et de Laétitia Casta

LaetitiaCasta

, intellectuellement proche de Mère Thérésa et des journalistes engagées [vanityfair] et professionnellement dans la liste des éditions de la Martinière jeunesse).

Restreindre les femmes à leur beauté physique, pour en faire des objets de convoitise, c'est tout simplement rejeter sa propre intelligence et se comporter conne une bête, c'est se priver de tant d'autres beautés. Une femme qui rit est mille fois plus belle qu'une femme baisée comme un objet, une femme qui vous demande de lui raconter des histoires pour qu'elle s'endorme dans vos bras est le plus beau des cadeaux de confiance qu'un homme puisse rêver de vivre. Je souhaite avant tout à toutes les femmes d'être aimées pour leur âme, quel que soit leur âge. Et je proscris toutes ces publicités qui ne mettent en avant que leurs charmes physiques (Le top 2018 des publicités sexistes pour la Fête des mères). En plus, il n'y a pas que les publicités sexistes qui rendent cons les hommes attirés par ces images, toutes les publicités sont négatives et les gens intelligents dans notre société se doivent de leur résister (R.A.P.).

Pourvu que la richesse d'internet écrase la connerie par l'intelligence (Éloge de la femme).

Bruno