Pourquoi il ne faudra pas donner sa voix aux prochaines élections aux candidats qui soutiennent la politique de Macron et Philippe.

Janvier 2020 le plus chaud jamais enregistré, et l'élévation de température semble dévier des règles plus ou moins imaginées par les météorologues. Le climat n'est pas immunisé contre la macronie, il s'ébranle avec tout ce qu'ils lui font subir (les réseaux sociaux s'enflamment de leurs bassesses). Macron avait filouté pour s'adjoindre les faveurs de Nicolas Hulot. Il ne lui a fallut que 15 mois pour le lessiver et lui faire comprendre qu'il n'avait été qu'un « faire valoir », qu'un « prête-nom » à une ambition purement politicienne et avide de pouvoir financier. Macron et Philippe n'ont aucune ambition environnementale, il n'y a que le pognon et le pouvoir qui les marionnettisent.

Malgré la centralisation du pouvoir à Paris à l'Elysée et dans les ministères, il subsiste un minimum de petites et moyennes décisions que peuvent prendre les maires. Ces élus sont proches des habitants, sauf dans les agglomérations de plus de 100000 habitants, ils vivent au contact de la nature, ils sentent l'obligation de changer de modèle économique.

En opposition, Macron et ses acolytes ne cherchent qu'à mettre définitivement le feu aux poudres. Leur unique projet « environnemental » consiste à détourner toutes les bonnes volontés et les énergies vers une gestion énergétique monopolisée par quelques multinationales « à sa solde ». Il a même eu l'arrogance de ne pas se déplacer à la COP25 en 2019.

Macron n'est pas un imbécile, il a très bien évalué que dans la France profonde il ne trouverait aucun soutien. Alors il a tout bonnement voulu leur gommer leur « représentativité » dans les résultats électoraux (circulaire Castaner). Il faut que tout les habitants des zones rurales se rebellent et assènent leurs vérités à tous les candidats potentiels LREM. Les sauvegardes de l'environnement et de la biodiversité sont les seuls gages d'une continuité de vie en bonne santé. Même les ONG n'osent pas descendre « en flèche » Macron, car elles fonctionnent un peu comme des multinationales et pourraient perdre des plumes si le pouvoir le décidait.

Il n'y a plus que les urnes pour vraiment révéler les mensonges électoraux. Le climat demande aux français de s'impliquer dans ce vote des municipales avec un taux de participation record de 90%. il faut au moins ça pour amoindrir les records des dérèglements climatiques.

Et c’est un vote « long terme » car il conditionne l’élection des sénateurs. Agissons comme si nous appartenions à un nouveau parti politique : DEM pour Dégagisme En Marche.

Bruno