Mon ami, président d'une association locale toulousaine investie dans la défense de l'environnement, m'apprend une nouvelle catastrophique : « Occitanie : bientôt 43.000 tonnes d'ordures corses traitées à Nîmes, Perpignan et Toulouse ? ».

Je comprends son désarroi (scandale pollution Naples).

Même si l'on n'en est pas encore là pour la Corse et tout le sud de la France, il convient de se demander qui tire les ficelles financières de ce problème critique et dangereux de la pollution par nos déchets.

Comment ne pas imaginer le pouvoir « national » derrière de tels projets ? Pourquoi ces déchets ne seraient pas traités au plus près, à Nice ou Monaco ??

Comment ne pas penser à la connivence des multinationales à l'oeuvre pour la manipulation des élites quand en même temps la Région Occitanie organise ce mois-ci ses « Premières Assises régionales de la Biodiversité » ?

J'ai conseillé à mon ami d'alerter les rédacteurs du journal La Décroissance qui ont publié dans leur dernier numéro un petit encart à propos de l'action du mois « #adopte-ton-fût.com ».

Bruno