Et puisque l'économie mondiale rêve toujours de croissance, je lui prédis en 2020 un coût X100 des catastrophes climatiques, donc environ 10 000 milliards de dollars. Peut-être qu'alors la COP26 décidera de mettre cet argent dans du préventif plutôt que du curatif.

C'est un article dans le journal Les Echos du vendredi 27 décembre 2019 qui m'informe de ce bilan provisoire annuel de l'ONG Christian Aid.

PFFFFF, ça sert à rien d'alerter. Le monde économique et capitaliste va continuer à polluer et dégrader l'environnement. Il n'y aura jamais de décroissance. Et même l'effet inverse devrait se manifester, les jeunes milliardaires apeurés à l'approche de la fin de leur vie miraculeuse consommeront « sans compter ». Le journal les Echos, toujours dans l'édition du 27/12, propose le mot de « déconsommation » et affirme que « Le consommateur est devenu schizophrène ».

Croyez-vous que les grandes puissances vont calmer le jeu ? À l'image de la course à l'espace ! Ce site Affiches-parisiennes conclue son article avec « … révolution spatiale moderne qui, sans nul doute, constituera à l'avenir '' un bon de géant pour l'Humanité'' ». Stupéfiant, il n'ont aucune notion de l'épuisement des terres rares de la planète, et ils s'en foutent complètement. Et tout le monde est manipulé pour devenir zombiphone.

Un autre article dans Les Echos a motivé mon message : page 14 « Le transport maritime mondial va brûler un fioul plus propre » avec à la fin de l'article « Mauvaise nouvelle pour l’environnement, cette transformation va se traduire par un excédent provisoire de fioul lourd sur le marché mondial. ». Une preuve de plus que le monde capitaliste ne fait rien pour l'environnement et TOUT pour simplement s'enrichir.

Tout autre chose, mais dans la même ''veine'' environnementale. Cerveau&psycho dans un article de son numéro 116 de décembre 2019 prend l'exemple du catastrophique incendie de l'usine Lubrizol de Rouen pour un peu démonter la théorie du complot. Les scientifiques du cerveau nous ont trouvé des « erreurs de conjonction ». Ils préféreraient que le bon peuple reste stoïque et ne s'emballe pas. Les nuls, archi nuls même, puisque juste dans l'article qui suit « Écrans : comment on massacre le cerveau de nos enfants », ils écrivent clairement que les doutes sont fondés mais qu'on les valide trop tard, au bout de 10 ans de méfaits « ...Puis vint l'heure des premiers doutes. La menace fut toutefois rapidement jugulée par l'omniprésent verbiage de quelques experts médiatiques dévoués : il ne faut pas être alarmiste, seul l'excès est mauvais, la recherche ne dégage aucun consensus, etc. Le cautère tint quelques années. Puis s'effondra. Vint alors le temps du malaise et des vraies inquiétudes. »... « Après une décennie d'exposition généralisée des enfants à tous types d'écrans, le couperet tombe : une majorité d'études montrent des effets fortement négatifs sur le cerveau. Langage appauvri, problèmes d'attention, sommeil fragmenté : les atteintes à la cognition et au développement cérébral sont profondes et durables. ».

Oubliez tout ça, faites « péter » la fiesta pour enterrer 2019 !!!! mais sans moi.

Bruno