Cerveaux&Psycho m'apprend dans le N° 116 de décembre 2019 une très mauvaise nouvelle : j'ai parfaitement raison de crier aux scandales des creusements des inégalités par les plus riches. Une étude en fait état « World Health and Income Database ».

C'est une chose de dénoncer des horreurs, c'en est une bien pire de constater que ces horreurs sont connues de très nombreux dirigeants. Alors, vont-ils enfin ouvertement à Davos se menacer entre-eux de déclenchement de la prochaine guerre mondiale.

« Autre grande tendance mondiale, la montée des populismes et des replis identitaires : Brexit, illibéralisme en Europe de l’Est, Trumpisme, protodictature brésilienne et russe, absolutisme chinois : partout les « hommes forts » ont le vent en poupe. ».

Ces dictateurs économiques ne se lanceront pas encore dans les conflits armés, tout simplement parce qu'ils continuent à s'enrichir sur le dos des pauvres. Dans notre société capitaliste, c'est un peu comme si au Monopoly en fin de partie, la banque laissait entrer de nouveaux joueurs avec un pécule ridicule qui sera d'office absorbé par les puissants dès leur premier tour. Tant qu'ils n'ont pas à « se bouffer » entre-eux, ils continuent à rire à gorge déployée et à se goinfrer.

Je ne sais pas si le petit peuple craquera l'allumette et fera jaillir l'étincelle qui mettra le feu aux stocks de poudre en 2020 ou plus tard. Mais ce que je sais, et sans doute aussi les puissants présents à Davos, c'est que c'est inéluctable et totalement imprévisible. L'humanité peut d'après moi s'effondrer en 6 mois, avec un décompte qui peut s'enclencher dès demain et qui se renouvelle systématique chaque jour qui passe. Dans les années 80, dans les SSII, il y avait ironiquement cette définition du contrat de travail en CDI : contrat de 3 mois renouvelable tous les jours. Les licenciements suivaient comme leur ombre les fins de projets et « accidents » de non signature de nouveaux projets. Les 3 mois correspondaient à la période de préavis officielle, les salariés étaient du bétail envoyé à l'abattoir et finissaient en mouchoir souillé.

Dans la fin de l'article de Cerveau&Psycho, il n'y a pas vraiment de conclusion ou de solution...mais une opinion de mise en danger du sort de la planète. Bravo au rédacteur Sébastien Boher.

Bruno