Les beautés qui m'ont ravi : Nolwenn en tenue d'ABBA, et la grâce de la danseuse étoile de l'Opéra.

Mais c'est bien peu face à la tristesse de voir tous ces multi millionnaires s'amuser sur scène, porter des centaines de costumes sur mesure qui doivent coûter « bonbon » et affirmer haut et fort qu'ils comptent sur les pauvres smicards !!!

L'esprit de Coluche est mort avec lui.

J'ai apprécié la présence de JJ.Goldmann, avec ce sentiment qu'il ne se sentait pas vraiment le droit de faire la fête. Alors pour me réconforter, je me repasse sa « chanson pour les pieds » [et il m'a fait pleurer avec la chanson qui suit « Puisque tu pars », par son humanité et sa communion avec son public].

Et puis les coupures pub m'ont permis de regarder le football plusieurs minutes. Visiblement, il y avait une belle tartine de spots « subliminaux ». J'ai rezappé avant la mi-temps, il y avait toujours les « réclames » de merde. Alors tant pis pour les enfoirés, je suis retourné voir le foot quitte à manquer leur retour.

Absolument personne ne mérite qu'on se laisse endoctriner pour acheter des produits de merde qui ont besoin de la pub pour survivre dans la guerre commerciale des produits de merde. La qualité fait l'économie de la publicité. Alors, quand cette retransmission du concert des enfoirés se rémunère avec plusieurs séquences publicitaires d'une durée honteuse, la preuve est faite par les enfoirés eux-même au sens propre que les pauvres ne seront jamais une espèce en voie d'extinction. Mais à quoi bon les blâmer ! Le monde entier vit sur le dos de la pauvreté, honteusement comme avec l'ODD « éradiquer la pauvreté dans le monde en 2030 » que l'on a mis en N°1… pour ne jamais l'oublier !

Bruno