Critique amère de l'évolution de la société par Pascal Praud dans sa chronique du journal gratuit Cnews, aujourd'hui jeudi 21 novembre.

Il suggère de regretter la disparition des animaux sauvages dans les cirques, de ne pas pouvoir se saouler puis conduire sa bagnole, de ne plus avoir le droit de fumer en terrasse, prendre l'avion, acheter des fraises en décembre….

Tout ce qu'il déplore me convient parfaitement, alors je me sens agressé quand il me décrit comme quelqu'un qui accepte que la vie devienne lisse et que la dictature de la laideur soit instaurée.

Si la société ne devait plus évoluer, je prierais fortement pour qu'il en recueille certains résultats.

D'abord en terrasse, que ses copains lui injecte le cancer des poumons par le tabagisme passif, mais pas un cancer foudroyant, plutôt celui qui te coupe la respiration, l'énergie, qui t'empêche de dormir la nuit avec une toux persistante, qui te sape l'envie d'aimer (au sens propre comme au sens figuré), et qui te laisse des dizaines d'années de souffrance.

Ensuite comme événement coloré contraire de la laideur du gris, je le verrais bien dans un accident de voiture, avec mille étoiles et du sang partout, celui de son copain conducteur imbibé d'alcool, et qu'il continue à vivre mais en fauteuil roulant.

Il se changerait les idées en mangeant en plein hiver des fruits de l'autre bout du monde, des produits contaminés par des pesticides et autres perturbateurs endocriniens (tiens, petit rappel du scandale du chlordecone sur les bananes). Cela lui ferait des effets aussi fort que de vrais psychotropes, il deviendrait un vrai légume zombie.

Et puis, si on gardait notre société telle-quelle, il y aurait prochainement dans sa famille ou parmi ses proches amis : une femme victime d'un féminicide, un enfant victime d'un pédophile, un agriculteur suicidé, un mort par overdose, et tant d'autres catastrophés par les futurs dérèglements climatiques qui réduiraient à néant une vie de labeur, en seulement quelques heures d'inondation ou de tempête.

Et combien de temps passerait-il dans les halls d'attente des hôpitaux ?

Et vivement demain pour 2 millions d'habitants de France [augmentation légale en 2016 du périmètre de distribution des pastilles d'iode].

Je critique fortement notre société présente, mais pas sur les mêmes « futilités » que lui.

La société actuelle est archi pourrie, il faut en changer les 3/4. En commençant par le dégagisme, en mettant dans une fosse commune tous les profiteurs multi milliardaires et en les regardant s’entre-tuer pour essayer de survivre (qu'ils soient 10000, et qu'ils n'aient qu'un litre d'eau par jour à partager).

Bruno