Lundi 15 avril à 19h, je me trouvais pas hasard sur twitter et j'ai reçu un tweet avec une photo du tout début de l'incendie de Notre Dame. Je l'ai de suite transféré en ajoutant que j'espérais que mon fils pompier de Paris interviendrait au plus vite avec tous ses copains champions hors catégorie. Un peu plus tard, avec l'incendie bien engagé, j'ai posté un avis très personnel, signifiant que je pensais que Marie n'avait pas protégé sa cathédrale car les parisiens ne la méritaient plus.

Comment ne pas croire que Marie et Jésus n'ont pas existé, avec toutes les preuves de miracles et les réalisations artistiques inégalées depuis des millénaires (Sacré-coeur, Lourdes, Saint-Jacques-de-Compostelle, le Vatican….) ?

Alors comment interpréter cette renonciation à protéger la cathédrale Notre Dame du feu sinon pour couper la parole à Macron, qui sans doute allait annoncer des choses inadmissibles pour la bonté et la miséricorde de Marie. Et cela devait être grave pour qu'elle ose risquer la vie de dizaines de sapeurs-pompiers. J'espère que le président aura compris qu'il n'est pas le plus fort et qu'il faut qu'il démissionne, il n'est pas à sa place. La bonté, la générosité et la solidarité ont maintenant besoin d'un second souffle, pas qu'en France mais partout dans le monde, et petit Macron n'a vraiment pas les épaules pour cela. Je lui donne même pas un an d'intérim.

Bruno