Le magazine Cerveau&Psycho de mars 2018 propose un article intitulé « Tout va mal ! » en expliquant jouer avec la psychologie des lecteurs qui n'auraient pas été attirés par le titre « Tout va bien ! ». Et ils accusent le biais de négativité (extrait en dernière page du magazine : « 9,6 % de la population mondiale vit dans l'extrême pauvreté contre 82,4 % en 1920. Nous croyons à tort que tout va mal à cause d'un biais cognitif : le biais de négativité . Des méthodes existent pour le combattre. »).

Dans l'article, ils s’appuient sur 6 graphiques (baisse de la pauvreté extrême, progression de la démographie, meilleur accès à l'éducation, meilleur taux de vaccination, meilleur taux d'alphabétisation, recul de la mortalité infantile) pour essayer de démontrer que tout va bien mieux.

J'espère que dans les prochains numéros ils nous parleront du biais de positivisme (naïveté ??). Ils pourront alors dire que la paix règne partout sur terre, que les gouvernements n'ont plus besoin des ministères de la guerre et de l'écologie, qu'on peut arrêter les réunions annuelles du GIEC (COP21….), qu'on peut stopper les actions associées aux ODD….

En fait, pour cet article, ils se sont comportés comme des statisticiens qui manipulent les chiffres pour leur faire dire ce qu'ils veulent. Ils auraient pu parler du sida, du cancer, des bombes atomiques….

Ils osent dire que tout semble aller bien, alors que 2 articles plus en amont, ils abordent « Prêt(e)s pour le sexe virtuel ». Et là, ils semblent critiques et alarmistes. « L'industrie pornographique donne de la femme une image dégradée…. » « 136 milliards de vidéos pornographiques visionnées en 2015…. ».

Je suis persuadé que des débiles du sexe, milliardaires de surcroît, ont fait réaliser des poupées gonflables à l'effigie de Lara Croft, Madonna, Marylin Monroe ou quelques autres bimbos et qu'ils les chevauchent équipés d'un casque virtuel qui reproduit parfaitement les traits et les formes de ces femmes objets. Voire même, ils peuvent tout simplement baiser une belle prostituée avec le casque pour assouvir leur fantasme de dominer des icônes.

Et sans aller plus loin dans la démonstration de la déchéance humaine par l'accumulation de capital, je me demande si les auteurs de l'article auront regardé l'émission de ce soir qui traite de la prostitution des mineures. Avec les révélations de ces dernières années sur la banalisation de la prostitution des étudiantes, qu'est-ce qu'il leur faut de plus pour transformer ce biais de négativité en fait de société ??

Bruno