Quelle démoralisante tristesse de constater qu'il se passe tant de choses pour la protection de l'environnement et que finalement cela ne s'adresse qu'à si peu de personnes.

C'est la semaine européenne du développement durable ! Les journaux gratuits ont été exclus de l'information (surtout @NousParis avec ses pages Festival et clubbing, high-tech tendance et agenda).

Dimanche 5 juin, c'est même la journée mondiale de l'environnement ! Qui en parle ???

 

Comment critiquer quand l'exemple vient d'en haut !

Les chefs ont inventé le 1° Sommet Humanitaire Mondial.

Ils se moquent. Ils n'auraient jamais entendu parler du premier sommet des altermondialistes anti Davos qui ont fait leur premier sommet à Porto Alegre en 2001, et réalisent chaque année depuis le contre sommet du forum de Davos.

 

Je suis triste de tous ces coups d'épées dans l'eau, de tout ce que peut lancer Ségolène Royal qui au final ne profite qu'aux profiteurs, c'est-à-dire les pollueurs qui polluent bien plus depuis que quelques-uns tentent de diminuer leur empreinte carbone. Si on veut vraiment obtenir la survie de la planète et le maintien d'un climat vivable pour longtemps, il faut que tout le monde sans exception change ses habitudes, et bien en priorité en appliquant Pareto. Et même si on n'appliquait pas ce principe d'action sur l'élément le plus significatif d'un symptôme, il suffirait de dire que nous devons tous modifier nos comportements pour obtenir une réduction de 40 % de notre empreinte carbone. Hummm ?? dur-dur ou plutôt « trop facile » pour celui qui serait proche de 0 ! C'est bien évidemment le cas des très pauvres, par contre les multimilliardaires devraient modifier leurs trains de vies d'au moins 80 % pour espérer diminuer leurs impacts d'environ 40 % ==>> totalement inimaginable sans une révolte des pauvres.

 

Dites-moi quelle compensation carbone est envisagée pour le séminaire « Economie et Biologie »
ce vendredi 3 juin ici à Paris avec des intervenants qui viennent de l'École d'Économie de Toulouse.

extrait de la présentation du programme :

« Quand l’économie s’inspire des modèles biologiques, elle re-questionne ses hypothèses fondamentales du fonctionnement des individus qu’elle représente et elle intègre le fonctionnement biologique de son sujet d’étude. Le séminaire vise à présenter d’une part, des travaux de recherche récents s’inspirant de la théorie de l’évolution pour comprendre les hypothèses sur les préférences des agents économiques, et d’autre part, des travaux visant à intégrer les spécificités des espèces que les politiques publiques de protection visent à préserver. »

 

En fait, j'estime que tous ceux qui œuvrent pour la promotion du développement durable sans condamner notre système économique actuel sont tout simplement en partie malhonnêtes dans leurs convictions.

Et je suis de plus en plus triste, maintenant que je suis « dans la place » et que je peux constater mille fois plus de choses, autant celles qui se font pour la sauvegarde de l'environnement que les chiffres des statistiques économiques (principalement sur les transports) et qu'on continue à l'image du Titanic vers le naufrage cataclysmique.

Bruno