Je n’en ai pour l’instant croisé que 2.

En 1992, en mission en S.S.I.I., j’intègre une nouvelle équipe pour faire de l’analyse/programmation/validation de programmes informatique. Le jeune ingénieur chef de projet qui me pilote fais face rapidemment aux problèmes que je soulève, mais en accusant systématiquement un absent à l’époque en congés. Au bout de 15 jours, j’ai une image détestable de cet absent, Algérien, sournois, profiteur, incompétent....

Au retour de l’absent, Jamal Bénabbes TAARJIT, j’ai eu un gros choc. Il avait l’allure, l’aisance et la prestance du directeur de projet qu’il était. Marocain, souriant, affable, prévenant, respectueux, intelligent, compétent : LA CLASSE. Je ne l’ai malheureusement cotoyé que 2 mois, devant partir sur une autre mission. Mais il m’a continuellement ébloui pendant ces 2 mois. Il était accueilli partout comme un sauveur, il avait toujours le sourire et jamais de problème, que des solutions. Je n’ai jamais pu lui rendre son amabilité, il était plus fort que moi. Au bout de 15 ans, je me souviens toujours très bien de lui (alors que j’ai tout oublié du jeune ingénieur français chef de projet) et je souhaite lui rendre hommage.

JAMAL, je t’ai souvent cité comme un être de lumière que j’avais eu le bonheur de croiser.


Et puis mon beau-père, Pierre MAGNIER.

Monsieur MAGNIER est encore plus fort que Jamal, car il a des dons de magnétiseur dont il prodigue les effets à ses connaissances pour amoindrir toutes sortes de souffrances (dont des personnes du corps médical, médecins, dentistes...). C’est plus que de la bonté et du respect qui l’anime, c’est de l’ABNEGATION. Il a tellement été sollicité qu’il a fini par écrire quelques livres, très humblement. Vous pouvez les trouver dans certaines librairies et grandes surfaces commerciales de sa région de résidence, la Charente Maritime et Royan.

Je vous propose 3 dos de couverture parmi ses 5 livres :

 PMagnier2PMagnier4PMagnier3

Mes enfants profitent encore de toutes ses richesses, même si adolescents, ils ne s’en rendent pas vraiment compte. Je suis malheureusement éloigné de lui depuis quelques années mais je l’ai cotoyé plus de 18 ans et cela me permet de dire que je m’estime privilégié d’avoir partagé des instants de sa vie.

Je suis très fier de parler de lui et de lui rendre hommage.

@+

Bruno